Spirit 2

Parce qu'il est temps d'écrire la suite...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orphée
Jument
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Ici et là bas...

Feuille de personnage
Poste: Solitaire
Amour: Qu'est-ce ?
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Ven 10 Juin - 18:43

    Quand Orphée est arrivée sur les terres de Spirit, la première chose qu’elle remarqua fût ces étendues vertes à perte de vue. Dans un premier temps, la jeune jument crut cet endroit sans réel intérêt, jusqu’à ce qu’elle remarque une forêt, au nord-ouest. Après s’être abreuvée et baignée dans la petite rivière serpentant au milieu de la plaine, la jument pie se dirigea vers la forêt. Elle en a tant traversée durant son voyage. Ses yeux avaient vu tous : les déserts, les plaines, les forêts, et même les villes...Qui lui avait, soit dit en pensant, engendré beaucoup d’ennui. Mais au final, Orphée a toujours put continuer sa route. Toujours tout droit, vers le nord. D’après son père, toujours suivre le Nord la ramènera un jour auprès d’eux. Et Orphée comptait bien les retrouver un jour, après que ses sabots aient foulés mille terres inconnues, que ses naseaux aient inspirés mille parfums différents et que ses yeux aient admirés mille paysages époustouflants. La jument ne voulait pas retourner sur ses terres natales avant d’avoir atteint ces objectifs.
    Trottinant doucement sur l’herbe tendre, les oreilles bien dressées sur son crâne, Orphée se dirigea vers la forêt. Bizarrement, il n’y avait personne d’autre qu’elle, les autres chevaux semblaient même éviter ce coin. Pourtant, la jument pie avait la certitude que s’était un endroit magnifique, où poussait des fleurs au parfum exquis. Et qui sait, peut-être y rencontrerait-elle des petits écureuils ? Quelques minutes plus tard, Orphée se retrouvait parmi les pins et autres conifères qui constituaient la forêt. L’air doux rendait la balade encore plus agréable, et la jument se délectait du superbe paysage. C’est alors qu’elle aperçut un petit sentier filant à travers les arbres. Elle le rejoignit, préférant ce sentier de sable aux hautes herbes qui lui chatouillaient presque le ventre. Orphée continua donc sa route sur le petit chemin, observant avec joie les alentours.
    C’est alors qu’elle entendit un bruit provenant des bosquets. Aussitôt, elle coucha les oreilles sur son crâne et commença à reculer lentement. Est-ce un animal sauvage ? Ou pire, un bipède ? Orphée en a déjà croisé pas mal sur sa route, et à chaque fois ils ont essayés de l’attraper. Heureusement, la jument pie noire a toujours réussit à leur échapper, usant de coup de sabots et de dents pour les faire reculer. C’est ainsi qu’elle se résolue à évité les villes, qui étaient peuplées de bipèdes. Orphée espérait ne plus avoir à faire avec un homme. Ils sont si effrayants avec leurs lassos et leurs fusils. Rien qu’en y pensant, la jeune jument senti un long frisson lui remonter le long de l’encolure. Bientôt, ce qui se terrait dans les bosquets allait surgir, au grand damne d’Orphée...


_________________
• Orphée •
« Femme qui voyage laisse voyager son coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidalgo
Etalon
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 08/06/2011

Feuille de personnage
Poste: Cheval de Cow-Boy
Amour: Euuuh... Tu as d'autres idées comme ça ?!
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Ven 10 Juin - 21:57

C'était un matin comme les autres, la routine quoi... Lever au premier rayon du soleil et réveillé par le doux son du clairon.. Mon maître était l'un des premier à nourrir son cheval, c'était l'un des plus respectueux de son compagnon équidé. Voilà pourquoi je l'ai toujours aidé. Bon, ce n'était pas une raison pour être domestique mais bon... Sans attendre que son colonel n'ai donné les ordre, mon patron me sortit du box afin de le nettoyer et de s'occuper de moi, pour finir par me seller. J'allais sortir en ballade ! Chic ! Chic ! Je trépignais d’impatience, même mon maître qui avait l'habitude de moi était assez surpris de ma réaction. Pourtant, ça faisait juste 3jours que je n'étais pas sortis de mon carré de box, alors dès que les portes furent ouvertes, sans me forcer je m'élança au galop. J'étais heureux ! Tout simplement.
Après un bon galop, le fort n'était plus qu'un mirage et je ralentis, comme si je cherchais à m'enfuir de cet endroit... Bizarre non ?! Sachant que je n'ai jamais manqué de rien là-bas.. Aller savoir. En tout cas, j'avais comme un sentiment de liberté. Mon cavalier me stoppa j'obéis.

"- Tu vas devoir faire de-nouveau tes preuves Hidalgo, nous devons revenir avec un cheval sauvage !"

Je renâcla, cette idée ne m'enchantait guère.. Mais bon... Je devais obéir à tout ordres venant de mon patron.

*C'est partit mon kiki ! *

Nous partîmes tout les deux, sur un chemin sans savoir si cette piste nous mènerait à une nouvelle capture, j'étais perdus moi, dans mes pensées... Je ne savais plus trop quoi penser des cow-boys. Je m'arrêta de-nouveau, après mettre secoué la tête pour remettre mes idées en place, je m'élança au galop. Après quelques minutes, une jument se détachait parmi les arbres de la forêt, je pressa l'allure, pour permettre à mon cavalier d'attraper la jument !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphée
Jument
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Ici et là bas...

Feuille de personnage
Poste: Solitaire
Amour: Qu'est-ce ?
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Ven 10 Juin - 22:34

    Orphée guettait, regardant à droite, à gauche. Quelque chose n’allait pas tarder à surgir des bosquets, elle le savait bien. Il fallait qu’elle fuie avant qu’il ne soit trop tard. Mais elle était comme pétrifiée, ses oreilles rabattues sur son crâne. Ses yeux ouverts en grand fixaient sans ciller les hauts buissons en face d’elle. Sa respiration s’accéléra sous la peur qui montait en elle. Puis, une branche craqua. Ce fut comme un signal de départ pour la jument. Cette dernière partie directement dans un galop du diable, comme si elle était poursuivie par la mort en personne. Quand elle jeta un regard en arrière, ce ne fut pas la mort qu’elle aperçut, mais un autre cheval portant un bipède sur son dos. Pire encore : ils la poursuivaient ! Orphée redoubla d’effort, allongeant son galop afin d’aller plus vite. Il fallait qu’elle s’enfuie, puis qu’elle se cache. Elle ne devait pas rester ici plus longtemps, sinon ils l’attraperaient. Et la jument pie n’a vraiment aucune envi de finir sa vie au fond d’un box. Elle préfère de loin sa liberté exquise, qui lui permet de faire tant de chose. Si son voyage si merveilleux venait à s’arrêter là, Orphée mourrait de chagrin.
    Elle eût beau accélérer son galop, l’autre cheval et son cavalier ne perdaient pas du terrain. Ils semblaient même la rattraper. Orphée se mit à paniquer, craignant qu’un lasso ne vienne l’étrangler. Elle songea un instant à plonger dans les broussailles, mais hésita. Et s’il y avait un piège, et qu’elle tombait dedans ? Autant continuer sa course folle et s’enfuir en aboutissant dans les plaines. Ainsi, elle aurait plus de chance de trouver une cachette acceptable. Bientôt, Orphée senti que son poursuivant ne se trouvait qu’à un petit mètre derrière elle. Alors que la jument commençait à faiblir, l’étalon lui semblait en pleine forme, comme si galoper était aussi facile que marcher. Sûrement était-il habitué à ce genre de situation. En tout cas, jamais Orphée n’avait autant galopé, du moins à une telle vitesse.
    La jument pie noire regarda à nouveau derrière elle, et paniqua en remarquant à quel point ils s’étaient rapprochés. Et bien sûr, quand on ne regarde pas devant soi, on risque de se prendre les sabots dans quelque chose. Et Orphée eût malheureusement cette chance. Un énorme tronc barrait le passage. Bien sûr, elle aurait put le sauter aisément, mais quand on ignore qu’il se trouve là, on ne prépare pas son saut...Ainsi, la pauvre jument chuta, et se retrouva couchée sur le flanc, l’antérieur droit la faisant souffrir le martyr. Mais le pire du pire : elle était aux prises du bipède...

_________________
• Orphée •
« Femme qui voyage laisse voyager son coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidalgo
Etalon
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 08/06/2011

Feuille de personnage
Poste: Cheval de Cow-Boy
Amour: Euuuh... Tu as d'autres idées comme ça ?!
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Sam 11 Juin - 6:02

Nous avons galopés longtemps, comme si la jument refusait de plier ce que je comprenais aisément ! Mais, j'avais toujours été doué pour la course, et malgré tout les efforts de la pie. Je n’eus pas de mal à la rattraper. En plus, à force de nous regarder la jument chuta et mon cavalier l'attrapa donc aussi facilement que possible.
Quand à moi, je restais assez éloigné, je n'aimais pas voir les autres chevaux capturés. Surtout une jument ! Mon patron, tira la jument pour qu'elle se relève, mais elle souffrait. Je bouscula l'homme, qui tomba à terre pour qu'il soit plus doux ! Énervé l'homme se releva et fît plus doucement pour permettre à la jument de se lever. Peut de temps après, je repris ma route la jument derrière, au pas. Je ne savais pas si nous allions rentrer tout de suite ? Peut être... En tout cas, j'étais fier de moi ! Encore une fois, notre duo fructueux avait porté ses fruits. Nous apercevions le fort celui dont j'avais cherché à me sauver ce matin. Il était toujours aussi grand et imposant, toujours seul...
Tout le monde nous ouvrir les portes, ils étaient heureux d'avoir un nouveau spectacle lorsqu'il faudra dompter la jument. Je fus remis au pré avec la jument dans le même que moi, j'étais là sans la regarder et sans un mots. Je ne savais pas trop quoi dire ! "Hey salut je t'ai volé ta liberté !" ? Non, il fallait arrêter de faire semblant. Elle avait été attrapée. Je m'en voulais un peu, comme chaque capture mais je ne sais pas... Celle là.. Y avait quelque chose de particulier comme je ne sais pas... Enfin. Mon maître nous mis un tas de pomme qu'il venait d'acheter, je hennis puis, avant de partir les manger je me retourna vers la jument.

"-Et toi ! Si jamais tu as un petit creux. Les pommes sont très mûres et juteuses, un vrai régale ! Si jamais, je t'en laisserais."

Sans attendre, je me mis à marcher en direction des pommes, et j'en pris quelques unes.. Elles étaient encore meilleure que la dernière fois ! J’espérais que la jument pie allait se joindre à moi... Mais après ce que je lui avais fait, cela m'étonnais qu'elle veuille manger en ma compagnie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphée
Jument
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Ici et là bas...

Feuille de personnage
Poste: Solitaire
Amour: Qu'est-ce ?
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Sam 11 Juin - 20:35

    Tout s’est déroulé à une vitesse inhumaine sous les yeux d’Orphée. A peine s’était-elle écrasée sur le sol qu’un lasso l’étranglait. Peu patient, l’homme tirait et vociférait afin de presser la jument. Mais cette dernière souffrait, son antérieur s’étant ouvert. L’étalon bouscula son cavalier, comme s’il appréciait peu la brutalité avec laquelle il forçait la jument à se mettre sur ses jambes. Le bipède sembla comprendre le message, parce qu’il s’y prit un peu plus doucement. Orphée se releva avec difficulté, maintenant sa jambe blessée au dessus du sol. Elle dut pourtant la reposer, puisque l’homme remontait sur son destrier et partait au pas. La jument pie fut contrainte de suivre, puisque le bipède la maintenait fermement à l’autre bout de la corde. Boitant bas, Orphée dut donc suivre l’étalon et son destrier, la tête basse. Sa curiosité lui avait volé sa liberté...Le trio parcourut la forêt, puis débouchèrent dans un désert de sable fin. Cela n’aida pas vraiment Orphée, qui souffrait de plus en plus. Bientôt, une immense bâtisse se dessina à l’horizon. Plus les secondes passaient, et plus elle s’agrandissait. Quelques minutes plus tard, le trio se trouvait devant d’énormes portes. On leur ouvrit dans la seconde qui suivit, et la jument pie constata avec horreur qu’on l’avait emmené dans un endroit gargouillant de bipèdes. Ne pouvant pas lutter à cause de sa blessure, Orphée pénétra dans le fort avec une peine plus que forte. Les bipèdes lâchèrent Orphée et l’étalon dans un pré. Le bipède ayant capturé la jument déposa quelques pommes dans le pré, puis s’éloigna. Elle jeta à peine un regard vers la nourriture, regrettant déjà l’herbe tendre de son pays natal. Maintenant, Orphée se disait qu’elle n’aurait jamais du partir. Ainsi, elle serait encore libre, auprès de ceux qu’elle aime. Au lieu de quoi, elle était captive des hommes, au milieu de parfaits inconnus. Elle regrettait déjà les galops endiablés sur les plaines, les crins au vent, les yeux pétillant.

    Et toi ! Si jamais tu as un petit creux. Les pommes sont très mûres et juteuses, un vrai régale ! Si jamais, je t'en laisserais.

    Lança l’étalon pie bai avant de s’éloigné, se dirigeant vers le tas de pomme. Orphée le regarda s’éloigner, sans répondre à sa question. Comment pouvait-elle avoir un petit creux dans un moment pareil ? Son estomac était tout retourné, et la seule vue des pommes lui donnait des nausées. De plus, sa jambe blessée lui faisait affreusement mal, à un tel point qu’elle se coucha dans l’herbe, hennissant de douleur. Elle espérait que les hommes vienne réparés ce qu’ils avaient cassés. Orphée ne pourrait plus supporter cette douleur plus longtemps. Autour d’elle, il n’y avait que des clôtures. De longues clôtures de bois, trop haut pour qu’elle puisse sauter pas dessus. Orphée posa tristement sa tête sur l’herbe. Aujourd’hui commence la pire période de sa vie...


_________________
• Orphée •
« Femme qui voyage laisse voyager son coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidalgo
Etalon
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 08/06/2011

Feuille de personnage
Poste: Cheval de Cow-Boy
Amour: Euuuh... Tu as d'autres idées comme ça ?!
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Sam 11 Juin - 21:07

La jument pie ne vint pas se joindre à moi pour manger les pommes, je laissa là trois ou quatre d'entre elles, si jamais l'envie prenait à la jument de se nourrir. Après être revenu de mon repas, je me mis à une distance raisonnable d'elle je voyais que sa patte la faisait souffrir. Après une petite hésitation, je me résigna à trouver mon patron fumant sa pipe appuyé contre la barrière.
Je le bouscula grâce à ma tête, il me suivit avec deux trois personnes dont le vétérinaire. Tous étaient rassemblés vers la jument, comme ils assistèrent à une naissance. Je me cabra, hennissant de rage, mon maître me connaissant ne bougea pas et fît signe aux autres de partir, seul le vétérinaire resta. Ouf ! Enfin la paix. C'est vrai quoi, à la fin ! On ne s'entendait même plus penser ! Je regarda les hommes faire... En quelques minutes, la jument avait un bandage sur la patte, pour permettre d'être soignée. Je suivis mon maître jusqu'à la sortir du pré, il me tapota l'encolure avant de partir avec le vétérinaire vers le bar. Je retourna moi, vers la jeune jument. En passant je pris une pomme dans ma bouge et la posa vers sa tête.

"-Tiens, elle est bonne, elle te permettra de reprendre au plus vite des forces !"

C'était vrai en plus, quand je suis malade mon maître m'en donne et tout va mieux quelques heures plus tard ! Je me demandais ce que les hommes allaient bien pouvoir faire d'une jument sauvage. Nous avions déjà des poulinière et des nourrices.... Non, je ne voyais pas ! Peut être simplement pour se faire plaisir ? Je réfléchis quelques minutes, avant de reprendre la parole.

"- Au faite, je suis Hidalgo. Et toi quel est ton nom ?"

Je ne savais pas si elle allait me parler, moi l'étalon qui lui avait enlever sa liberté. Pourtant si j'écoutais mon coeur, mon âme elle n'aurait pas connue le fort... Mais je devais obéir c'était ça la vie au camps ! Mais... Elle n'avait rien demandé cette pie..

"- Quand tu seras remise sur pied, je t'aiderais à te sauver. Je te le promet. En attendant je serais ton guide à travers la vie du fort."

Être gentil c'est trop tard ? Mieux vaut tard que jamais, et puis je n'allais pas encore plus l'enfoncer ! Je resta là, debout, bien droit. Regardant l'horizon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphée
Jument
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Ici et là bas...

Feuille de personnage
Poste: Solitaire
Amour: Qu'est-ce ?
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Ven 17 Juin - 16:52

    Orphée, la tête posée contre le sol, luttait contre la douleur qui l’assaillait. Jamais de toute sa vie elle n’avait connu une pareille douleur. Pour être tout à fait honnête, la jument pie n’a jamais réellement souffert. Sa vie a toujours été un long fleuve tranquille, sans qu’aucuns problèmes ne viennent se mettre sur son chemin. Elle n’a jamais connu la douleur, l’abandon, la tristesse...Mais à partir d’aujourd’hui, tout cela allait changer. Orphée allait connaitre la vie auprès des bipèdes, avant ses inconvénients et ses avantages. Oui, chez les hommes, elle n’aura jamais faim, jamais soif et toujours un toit au dessus de sa tête pour se protéger de la pluie. Mais en contre parti, adieu les galops endiablés sur les plaines s’étendant à perte de vu, adieu les voyages et les paysages époustouflants. Tandis que la jeune jument pensait à tout cela, quelques hommes s’approchèrent d’elle. Méfiante, elle releva la tête et coucha ses oreilles. L’étalon poussa un hennissement mécontent, et la plus grande partie des hommes s’en allèrent, hormis celui qui avait capturé Orphée et un autre, qui se pencha sur la blessure de la jument. Il palpa doucement la plaie, ce qui fit souffler la jument de mécontentement. La minute d’après, le bipède appliquait un produit sur la blessure, puis entourait cette dernière avec une bande. Déjà, Orphée se senti mieux. Les bipèdes s’en allèrent après cela, et la jument se remit lentement sur ses jambes. Elle évita de trop s’appuyer sur son antérieur douloureuse, afin de ne pas réveiller la douleur qui commençait doucement à se dissiper. L’étalon revint auprès de la jument, et déposa une pomme près d’elle.

    « Tiens, elle est bonne, elle te permettra de reprendre au plus vite des forces ! »

    Fit-il après quelques minutes. Orphée le remercia d’un hochement de tête, avant de croquer dans le fruit rouge. Elle devait bien l’avouer, il était délicieux. Bon, pas autant que ceux qui poussent dans son pays natal, mais tout de même. Une fois le fruit terminé, la jument pie releva la tête et fixa l’étalon. Ce dernier semblait plonger dans ses pensées. Orphée ignorait comment un cheval de sa trempe pouvait obéir à un bipède. A vu de naseaux, il ferait un très bon dominant. Peut-être était-il né chez les bipèdes ? Orphée avait déjà rencontré un cheval qui appartenait à une jeune fille. Quand elle lui avait demandé pourquoi il restait auprès du bipède, il lui avait répondu qu’il était né chez les hommes, et qu’il était habitué à vivre avec eux. Si la jument pie était née en captivité, elle aurait sûrement comprit le point de vu de l’étalon.

    « Au faite, je suis Hidalgo. Et toi quel est ton nom ? »

    Demanda le nommé Hidalgo, après quelques minutes de silence. Orphée se demanda alors si son prénom lui avait été donné par sa mère ou par son bipède...Sûrement sera-t-elle également renommée lorsqu’elle fera parti intégrante du fort. Si cela arrive un jour, bien évidemment. La jument pie n’eût pas le temps de lui répondre, que déjà il enchainait :

    « Quand tu seras remise sur pied, je t'aiderais à te sauver. Je te le promets. En attendant je serais ton guide à travers la vie du fort. »

    L’aider à se sauver ? Alors qu’il venait de contribuer à sa capture ? Décidément, Orphée ne comprenait pas cet étalon. Qui sait, peut-être que ces captures ne l’enchante pas. Ce n’est pas parce qu’il vit avec les bipèdes qu’il est forcement toujours d’accord avec eux. En tout cas, sa proposition fit comprendre à la jument pie qu’il était digne de confiance. Plutôt du genre timide, Orphée n’était pas une jument qui venait taper la discussion comme si rien n’était. Elle préférait d’abord être sûre que son interlocuteur ne se fichait pas complètement de sa figure.

    « Je...Je m’appelle Orphée... »

    Fit-elle d’une petite voix, baissant les yeux. Décidément, Orphée est sûrement la jument la plus timide de la terre. Elle n’osa même pas s’approcher de l’étalon. C’est sûrement pour ces raisons qu’elle est souvent abordée par n’importe qui : parce qu’elle se laisse faire, sans vraiment réagir. Sa naïveté est l’un de ses plus gros défauts, qu’elle n’arrive tout simplement pas à corriger.

_________________
• Orphée •
« Femme qui voyage laisse voyager son coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidalgo
Etalon
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 08/06/2011

Feuille de personnage
Poste: Cheval de Cow-Boy
Amour: Euuuh... Tu as d'autres idées comme ça ?!
Âge: Jeune Adulte

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   Jeu 17 Nov - 5:46

Oh la honte j'avais zappé ! =3 Brefouille j'y fais ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La curiosité est un vilain défaut...[Hidalgo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la curiosité est un vilain défaut ....
» la curiosité est un vilain défaut - Suite page 2
» La curiosité est un vilain défaut... mais pas pour les bateaux !!!
» Merlin - La jalousie est un vilain défaut... - Arthur/Merlin - PG13
» La jalousie est un vilain défaut (Wanda)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit 2 :: 0o. Territoire de Spirit .o0 :: 0o. La Forêt .o0-
Sauter vers: